Le fait que le CH ne fasse pas les séries serait-il bénéfique pour les couples d’ici?

Le fait que le CH ne fasse pas les séries serait-il bénéfique pour les couples d’ici?

150 150 Paradigm PR

zoosk-logo

TORONTO (Le 24 mai 2012) – C’est reconnu, les Québécois ont le CH tatoué sur le cœur. Mais leur histoire d’amour avec tout ce qui se passe sur la patinoire met parfois leur vie sentimentale sur la glace. Selon le sondage sur les séries éliminatoires mené par le réseau social romantique Zoosk.com, le fait que notre équipe préférée ne se rende pas en séries a un effet bénéfique sur les couples québécois. Même dans les couples où tous les deux ont regardé les séries éliminatoires de hockey, un quart d’entre eux affirment voir très rarement leur partenaire durant les séries, car leur fan fini est littéralement scotché devant la télé.

Bien que 62 % des Québécois en couple ait répondu qu’ils appréciaient regarder les séries en compagnie de leur partenaire de vie, le sondage révèle que, pour un nombre significatif de couples québécois, la fièvre du hockey peut mettre leur relation en échec. Selon le sondage sur les séries éliminatoires mené par Zoosk, parmi les gens en couple qui regardent le hockey, 24 % affirment que leur partenaire les ignore en faveur du hockey, 16 % affirment que leur partenaire les ignore et que ce comportement les irrite vraiment. Près d’un tiers (31 %) des répondants québécois en couple ont affirmé que le fait que moins d’équipes canadiennes se soient rendues en séries cette année a diminué grandement le nombre de chicanes de couple à propos de la fréquence d’écoute de matchs à la télé.

« Je crois que la plupart des Québécois sacrifieraient volontiers quelques soirées en amoureux pour voir leur équipe revenir à Montréal avec la Coupe Stanley », affirme Shannon Tebb, coach de vie diplômée et experte en fréquentations et relations pour Zoosk.com. « Comme nous sommes loin de la coupe cette année, les Québécois pourront trouver réconfort ce printemps dans d’autres centres d’intérêt, tels que les personnes chères dans leur vie. »

Les célibataires devront trouver une autre façon de briser la glace

C’est une autre histoire pour les célibataires, puisque la majorité croit qu’il est facile de briser la glace en parlant des séries. Deux tiers des gens sondés à travers le pays affirment que les séries leur donnent automatiquement un sujet commun de discussion au moment d’entamer la conversation entre célibataires et 50 % affirment qu’un match des séries rend l’atmosphère propice aux rencontres entre célibataires dans les bars ou les pubs.

« Il est plutôt facile d’entreprendre une conversation si votre équipe joue en séries, mais je ne crois pas que le manque d’équipes canadiennes en séries affecte les rencontres entre célibataires. Ces derniers devront tout simplement faire preuve de plus de créativité au moment d’aborder un étranger », affirme Mme Tebb. « Les Leafs n’ont pas fait les séries depuis des années et les célibataires torontois n’ont pas pour autant cessé de se courtiser! »

À propos du sondage sur les séries éliminatoires mené par Zoosk :

Du 19 au 20 avril 2012, un sondage en ligne a été mené auprès d’un échantillon de 1001 Canadiens adultes, incluant 250 au Québec, qui sont aussi membres du panel du Forum Angus Reid. La marge d’erreur – qui mesure la variabilité de l’échantillon – est de +/- 3,09 %, 19 fois sur 20. L’échantillon a été pondéré par âge, sexe et région, éducation (et langue au Québec) selon les plus récentes données du recensement. Toute disparité dans ou entre les totaux résulte d’un arrondissement.

À propos de Zoosk

Zoosk est le réseau social romantique qui aide ses membres à créer et à partager leur histoire romantique. Chaque mois, des millions de membres de partout dans le monde profitent de ce service. Zoosk offre à ses membres à différents stades de leur histoire romantique un ensemble d’outils sociaux et amusants comme les Moments romantiques, le Profil de couple et l’application Personnelle. Les membres peuvent accéder facilement aux services de Zoosk par le biais de son site Web, d’une application Facebook, de leur téléphone portable ou d’un logiciel de bureau téléchargeable. Zoosk est offert en 25 langues et ses membres proviennent de plus de 70 pays. Fondé en 2007 par Shayan Zadeh et Alex Mehr, Zoosk, Inc. est basé à San Francisco et appuyé par Canaan Partners, Bessemer Venture Partners et ATA Ventures.